Élus communistes, partenaires et citoyens Villejuif

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Mot clé - claudine cordillot

Fil des billets - Fil des commentaires

lundi 1 mars 2010

Rencontre sur la culture à Villejuif, samedi 6/03

Avec la participation de Claudine Cordillot, maire, de Sandra Da Silva Pereira, adjointe au maire et candidate, Alain Mollot, directeur artistique du théâtre Romain-Rolland, Henri Kochman, ex-directeur du théâtre Romain-Rolland…

jeudi 25 février 2010

Pour la suppression du Ministère de l’identité nationale et de l’immigration

En janvier, Claudine Cordillot, maire, avait écrit au préfet concernant le « débat » sur l'Identité nationale, rappelant sa « vision de la citoyenneté généreuse, républicaine, laïque, solidaire et respectueuse d’autrui ».

Le Ministère de l'immigration et de l'identité nationale a introduit dans notre pays un risque d’enfermement identitaire et d’exclusion très grave. Très officiellement, on stigmatise l’étranger – et par ricochet, quiconque a l’air étranger. Réfugiés et migrants et leurs descendants sont séparés d’un « nous » national.

Exigeons la suppression de ce ministère aux fondamentaux racistes et nationalistes.

Manifestation

Samedi 27 février - 15h – Place de la Bourse
M° Bourse (ligne 3)

samedi 6 février 2010

« Ma ville, ses projets, ses services publics, j'y tiens » : pétition et rencontres publiques

À la suite de la lettre envoyée par Claudine Cordillot, maire, aux Villejuifois, plusieurs initiatives sont lancées !

Une pétition est disponible : signez-la, sur le site Internet ou dans les équipements municipaux, et faites la signer autour de vous !

La municipalité convie les Villejuifois acteurs de la ville à venir débattre des enjeux - réforme territoriale, avenir des collectivités locales, démocratie locale - et des mobilisations à construire. Rendez-vous, salle du Conseil municipal (en mairie) :

  • Jeudi 11 février à 19h, avec les acteurs de la réussite des enfants et des jeunes
  • Lundi 15 février à 19h, avec les acteurs sportifs, culturels et de loisirs
  • Mardi 16 février à 19h, avec les acteurs de la solidarité et du vivre ensemble.

Une réunion plénière aura lieu le jeudi 11 mars à 19h, salle du Conseil municipal. Venez nombreux !

vendredi 5 février 2010

Les écoles des Hautes-Bruyères et Marcel-Cachin ont gagné leur maître « E » !

Claudine Cordillot

Les enseignants, les parents, avec l’appui des élus, ont eu gain de cause ! 51 petits élèves des écoles des Hautes-Bruyères et Marcel-Cachin vont retrouver, au lendemain des vacances de février, un maître E (RASED) pour les aider à surmonter leurs difficultés et les accompagner vers la réussite scolaire. Ils en étaient privés depuis plusieurs semaines après la mutation de l’enseignante précédente, que l’Inspection d’Académie ne remplaçait pas, arguant d’un manque de candidat.

Pétitions, conférence de presse, délégations à l’Inspection Académique… Finalement, l’Académie a cédé, une candidate a été trouvée et s’apprête à prendre ses fonctions.

Je tiens à saluer la forte mobilisation et la détermination de la communauté éducative, résolue à empêcher que ce poste d’enseignant ne rejoigne les 11200 autres supprimés par le gouvernement dans le pays en 2008, les 13500 de 2009, et les 16000 suppressions annoncées pour cette année. Non, l’école de la réussite ne se construira pas avec des classes sans maîtres et des RASED sans moyens !

Villejuif, le 4 février 2010

vendredi 22 janvier 2010

Lettre de Claudine Cordillot aux Villejuifois


LIRE LA SUITE...


jeudi 7 janvier 2010

Claudine Cordillot refuse de participer au débat sur l'identité nationale

Voici le texte de la lettre envoyée par Claudine Cordillot, maire de Villejuif, au préfet du Val-de-Marne, en réponse à son invitation aux débats sur l'identité nationale. À diffuser largement !


Monsieur le Préfet,

J’ai bien reçu votre invitation à m’associer au débat sur l’identité nationale, que vous organisez le 11 janvier à Créteil, Thiais et Nogent-sur-Marne. Je n’y participerai pas, et je tenais à vous en exposer les raisons.


Je suis maire d’une ville dont les habitants sont porteurs, depuis des décennies, d’une vision de la citoyenneté généreuse, républicaine, laïque, solidaire et respectueuse d’autrui. Comme eux, j’ai la conviction que notre identité est écrite par les enfants, les femmes et les hommes qui vivent au quotidien leur ville, leur pays. S’il y a entre ces personnes des origines, des croyances, des idées, des coutumes différentes, elles méritent toutes la même attention, le même respect.

Notre identité est aussi le produit de l’Histoire, des conquêtes de notre peuple. Les droits acquis, les libertés démocratiques obtenues au prix de grands sacrifices par les générations qui nous ont précédés, les solidarités collectives, les services publics nés de la Libération en forment le socle. Or ce sont justement ces mêmes droits, libertés démocratiques et services publics que les promoteurs de ce débat s’emploient, avec une rare violence, à remettre en cause, sapant de ce fait les bases même de notre identité nationale dont ils se prétendent les champions…


Depuis qu’il a été lancé par le gouvernement et l’Élysée - avec sans aucun doute des arrières pensées électoralistes - ce débat a pris une tournure très inquiétante. Se focalisant sur l’immigration et l’Islam, il exprime des idées d’exclusion et de haine, quoiqu’en dise aujourd’hui son promoteur, Monsieur Besson. Je ne saurais mêler ma voix à ceux qui prétendent construire l’identité du pays contre ses minorités et contre une religion. Je ne saurais m’associer à ceux qui méprisent et rejettent.

La surenchère de déclarations et de propos racistes, xénophobes et islamophobes à laquelle nous assistons sur Internet, dans les médias, dans les réunions, doit cesser car elle est odieuse et dangereuse. Plutôt que de continuer à organiser un débat aussi scandaleux, dans lequel ce qui fait notre vraie identité nationale, ce qui fait que nous vivons ensemble sur notre terre de France, n’a rien à gagner, n’est-il pas plutôt urgent d’y mettre fin ?

Je vous prie de croire, Monsieur le Préfet, à l’assurance de ma considération distinguée.



Claudine Cordillot
Maire

- page 2 de 3 -