Les conséquences de cette décision seraient dramatiques. Dans certains pays, comme la Pologne ou la Roumanie, les aides provenant de ce dispositif représentent plus de 80% de l'ensemble de l'aide alimentaire distribuée. En France, de très nombreuses organisations, comme les Restos du cœur ou le Secours populaire, ne peuvent fonctionner que grâce à cette aide. A Villejuif, comme partout ailleurs, nous ne tarderions pas à sentir les effets concrets d'une telle décision. Pour preuve, les Restaurants du cœur de Villejuif ont distribué 141 172 repas en 2010 et ce sont plus de 18,5 tonnes de denrées alimentaires distribuées la même année par le Secours populaire de notre ville !

 

Les élus du Conseil Municipal de Villejuif refusent catégoriquement cette perspective et, en conséquence, se joignent aux organisations humanitaires et caritatives mobilisées pour demander au gouvernement français d'empêcher par tous les moyens une possible suppression du PEAD.

 

Le Conseil Municipal :

 

-         se déclare solidaire des organisations mobilisées pour le maintien du PEAD

 

-         demande au gouvernement français d'agir par tous les moyens au sein des instances européennes pour obtenir le maintien en l'état du PEAD

 

-         considère qu'il est du devoir de l'Union Européenne d'assurer les moyens qui permettront  à tous les citoyens européens de vivre dignement, ce qui implique, entre autre, de bénéficier d'une aide alimentaire quand cela est nécessaire