Ainsi, jusqu'ici, lorsque la construction d'un nouveau bâtiment nécessite l'extension ou le renforcement du réseau, l'usager payait une partie de cette extension, EDF assurant le reste. Depuis le 1er janvier, l'usager paye le seul « raccordement » (son branchement strictement privé), à un tarif plus élevé qu'auparavant. Et c'est à la collectivité de payer l'extension ou le renforcement du réseau. Pour Villejuif, cette mesure représente un coût estimé à 268 650 € HT par an.

EDF-ERDF s'attache aussi à augmenter le prix payé par les usagers. Son financement est en effet assuré par le Tarif d'utilisation des réseaux publics d'électricité (TURPE), qui représente la moitié du prix payé par l'usager. L'été dernier, ERDF a demandé à l'État d'augmenter ce tarif de 15% !

EDF-ERDF justifie ces transferts, qui pèsent sur les budgets des collectivités et sur le pouvoir d'achat des usagers, en expliquant que le réseau électrique est vétuste et qu'il a besoin d'importants investissements. Et il est vrai que la qualité s'est dégradée ces dernières années.

ERDF oublie cependant de mentionner l'impact du désengagement de l'État : sur le seul territoire du SIPPEREC, ses investissements ont chuté de 21% depuis 2002.

ERDF omet également de mentionner que son entreprise-mère, EDF, est devenue une entreprise privée dont l'objectif est de réaliser des profits. Objectif atteint : EDF a distribué à ses actionnaires 2,3 milliards d'euros de dividendes pour l'exercice 2008.

Il est impossible d'estimer à quel point les ponctions réalisées sur les collectivités et sur les usagers sont effectivement consacrées au réseau électrique : le plan d'investissement d'ERDF est inconnu, et ses comptes sont si peu transparents que le SIPPEREC les a rejetés.

Le Conseil municipal de Villejuif, réuni le 26 mars 2009 :

  • demande à EDF-ERDF de respecter les termes de la convention de partenariat avec le SIPPEREC concernant l’éclairage public.
  • affirme que l'extension, le renforcement et l'entretien du réseau électrique est un service public, primordial pour le développement du territoire et pour l'ensemble de ses habitants. Ces activités n'ont en aucun cas vocation à générer des profits visant à distribuer des dividendes.
  • considère que l'extension, le renforcement et l'entretien du réseau électrique relève de la solidarité nationale.
  • exige de l'État et d'EDF-ERDF de prendre leurs responsabilités pour garantir à tous les Français un réseau électrique de qualité qui respecte le principe d'égalité du service public, car tous les territoires, urbains ou ruraux, indépendamment de leurs ressources fiscales, doivent avoir un accès égal à l'électricité.