"Madame le Maire, chers collègues, Mesdames et Messieurs du public,

Comme l’a dit Madame le Maire, ma présentation portera à la fois sur les trois premiers rapports de ce soir :

- l’avis sur le Schéma Directeur de la Région Ile de France

- le bilan de la concertation du PLU

- l’arrêt du projet de PLU

Cette présentation ne sera pas exhaustive, même si je rentrerai dans le détail des dispositions du PLU.

Avant de commencer, je tiens à insister sur un point.

Les différentes délibérations de ce soir découlent toutes de nos valeurs, de nos objectifs, en matière d’aménagement du territoire. Elles suivent toutes le même fil conducteur.

Ces valeurs, ce sont celles que nous avons formalisées dans le Projet d’Aménagement et de Développement Durable, que le Conseil Municipal a adopté en octobre 2011. En voici un bref rappel.

Vous le savez, nous portons une vision ambitieuse du développement du territoire.

Villejuif, comme les autres villes d’Ile de France, doit prendre toute sa part dans la lutte contre la pénurie de logements, qui fragilise des pans entiers de la population.

Les familles modestes qui sont de plus en plus nombreuses à être victimes du mal-logement, mais aussi les classes moyennes qui sont de plus en plus concernées.

Villejuif, comme les autres villes d’Ile de France, doit prendre toute sa part dans la lutte contre la pollution et le réchauffement climatique. Il faut réduire notre trop forte dépendance aux énergies fossiles, et repenser la place de la voiture en ville.

De ce point de vue, l’arrivée de trois nouvelles stations de métro à Villejuif, cinq sur la communauté d’agglomération du Val de Bièvre, confirmées par le premier ministre, va considérablement changer la donne !

Villejuif s’engage pour le développement économique et l’emploi, pour établir un équilibre. Notre but est que le territoire accueille autant d’emplois qu’il compte d’habitants appartenant à la population active.

Enfin, Villejuif s’engage pour le développement des services publics, comme par exemple la petite enfance, avec la création de plus de berceaux que ce que nous avions annoncé dans notre programme municipal.

C’est vrai, ces ambitions vont impliquer de construire de nouveaux bâtiments.

L’enseignement principal que nous tirons de la concertation est que face aux préoccupations et confrontés à l’avenir, les Villejuifois partagent ces grands principes en faveur du logement, du travail et de la proximité des transports.

Comment peut-il en être autrement avec des milliers de demandeurs de logement, avec près de 4000 chômeurs, avec des heures passées chaque jour dans les déplacements ?

Mais beaucoup craignent aussi que la construction neuve sera trop dense, qu’il y aura trop de béton, plus assez d’espaces verts, pas assez de soleil.

Nous avons entendu ces demandes.

Cela pose fortement des questions : « Comment concilier la construction, même dense, avec la qualité de vie ? ». « Comment les nouvelles constructions peuvent-elles rendre le quartier plus agréable et solidaire ? ». « Comment développer de l’activité économique diversifiée ? »

Ces questions, nous nous les sommes aussi posées.

Et nous sommes arrivés à la conclusion suivante : il y a de la place pour à la fois préserver une grande partie de ce qui fait l’art de vivre à Villejuif et ensemble innover pour faire avancer notre ville.

C’est ce que nous résumons dans cette formule : « Construire, oui, mais pas n’importe où, ni n’importe comment ».

  1. L’avis sur le SDRIF : un avis favorable, avec remarques et réserves.

Vous avez été destinataires de l’avis sur le SDRIF. Aussi, plutôt que d’en faire la lecture, je souhaite en faire un commentaire.

Les valeurs que j’ai évoquées en introduction, sont celles que défend la majorité de gauche dans notre ville. Elles convergent avec les objectifs de la majorité de Gauche et écologiste au conseil régional, qui a adopté le SDRIF.

Je prendrai un exemple, particulièrement parlant : la Région se fixe pour objectif de doubler le rythme de construction de logements, en passant de 35.000 nouveaux logements à 70.000 nouveaux logements chaque année.

Les objectifs de la Ville convergent avec ceux de la Région. Nous voulons y répondre à notre échelle. Alors qu’il se construisait à Villejuif environ 230 logements par an, notre objectif est qu’il s’en construise entre 400 et 450, en incluant Campus Grand Parc, comme l’indique notre Projet d’Aménagement et de Développement Durable.

Ce n’est donc pas par hasard que nous vous proposons ce soir d’adopter un avis favorable au projet de SDRIF.

Toutefois, c’est à la ville qu’il revient de décliner ces valeurs sur son territoire, précisément parce que c’est la commune qui est la mieux à même de réaliser une politique de l’urbanisme qui corresponde aux réalités de son territoire.

Voici la partie de la carte du SDRIF, telle qu’elle concerne le sud de Paris.