Les jeunes sont particulièrement affectés par un accès difficile au logement du fait de l’offre insuffisante. La précarité de l’emploi, des ressources limités, le montant des loyers et de charges locatives excessives, une solvabilité insuffisante malgré les aides à la personne type APL sont les principales difficultés d’accès au logement des jeunes. Et que dire du sort des jeunes entre 18 et 25 ans, chassés du domicile familial sans ressources, avec un RSA généreusement octroyé à partir de 25 ans seulement, excepté pour les ménages avec enfants.

Les jeunes sont particulièrement affectés par un accès difficile au logement du fait de l’offre insuffisante. La précarité de l’emploi, des ressources limités, le montant des loyers et de charges locatives excessives, une solvabilité insuffisante malgré les aides à la personne type APL sont les principales difficultés d’accès au logement des jeunes. Et que dire du sort des jeunes entre 18 et 25 ans, chassés du domicile familial sans ressources, avec un RSA généreusement octroyé à partir de 25 ans seulement, excepté pour les ménages avec enfants.Si parmi la population, les jeunes subissent particulièrement les affres du mal-logement, la situation de l’ensemble de la société exige dès à présent des mesures d’urgence :

  • La construction suffisante et diversifiée de logements sociaux ;
  • L’arrêt du désengagement de l’Etat des aides à la pierre ;
  • La mise en œuvre volontariste de la loi SRU qui impose 20 % de logements sociaux ;
  • L’intégration systématique de la question du logement des jeunes dans les PLH comme nous l’avons fait au sein de l’agglomération du Val de Bièvre.

Une politique locale du logement comme nous le faisons dans notre ville :

  • De se donner l’objectif de 40% de logements sociaux ;
  • D’acter des zones de mixité sociale permettant 40% de logements sociaux dans les opérations privées ;

Toutes ces propositions seront de nature à procurer le droit au logement pour tous.


Le vœu :

Vœu pour le maintien des financements de l’Etat au CLLAJ du Val de Bièvre

L’État a annoncé son intention de mettre fin aux aides financières qu’il accorde au Comités Locaux pour le Logement des Jeunes dans le département. Dès 2012, le CLLAJ de la Plaine Centrale se verrait privé de toute subvention. La subvention prévue pour les CLLAJ du Val de Bièvre et de Choisy/Orly serait minorée en 2012 et complètement arrêtée en 2013.

Le CLLAJ Val de Bièvre est une association intercommunale créée en 1992 qui a pour but de faciliter l’accès au logement autonome des jeunes (18/30 ans) en démarche d’insertion et en recherche de logement. Villejuif et la Communauté d’agglomération du Val de Bièvre portent une attention particulière aux conditions de logements des jeunes du territoire.

Le partenariat mis en place avec le CLLAJ a, de ce point de vue là, démontré toute son utilité : 670 dossiers ont été constitués en 2010 et près de 220 propositions de logements se sont traduites la même année par un accès effectif au logement pour les demandeurs. 

Les menaces qui pèsent sur cette association mettent en péril ses activités.  Pourtant, dans un contexte de crise du logement, l’ensemble des partenaires doivent être mobilisés. Mais L’État se désengage de cette problématique et laisse encore une fois les collectivités locales seules pour répondre aux besoins des populations les plus fragiles.

 La jeunesse de notre pays ne doit pas être la variable d’ajustement d’un plan d’austérité qui ne veut pas dire son nom. Elle doit au contraire pouvoir bénéficier de tous les moyens pour participer à la construction de notre avenir.

Considérant qu’il est du devoir de l’État de veiller à ce que chacun, quelque soit sa situation et ses revenus, puisse se loger, et que les collectivités, qui au travers des partenariats qu’elles ont conclu avec les CLLAJ, soutiennent déjà fortement leur activité, n’ont pas à compenser les multiples désengagements de l’État ;

Le Conseil Municipal :

-          Demande que l’État maintienne les subventions qu’il accorde aux Comités Locaux pour le Logement des Jeunes du département, dont celui du Val de Bièvre