Intervention de Valérie Moncourtois, maire adjoint,  lors du conseil municipal de 24 janvier

La ville a toujours conduit une politique d’éducation volontariste afin de garantir la réussite de tous, et une politique d’accès aux équipements culturels et sportifs de la ville. Nous avons créé en 2009 le comité local de réflexion et d’action pour une école de la réussite qui a abouti à la mise en place de la pause méridienne et sa généralisation à la rentrée 2013-2014. Tous les enfants pourront ainsi être accueillis à la cantine et bénéficieront d’une véritable pause à la mi-journée.

La nouvelle loi sur l’école permet quelques avancées que nous tenons à saluer : la fin de la semaine de 5 jours instaurée par Monsieur DARCOS ; le retour à une formation des maîtres ; l’augmentation des effectifs d’enseignants ; la scolarisation des moins de trois ans ; l’affirmation du rôle spécifique de la maternelle.

Cependant, un certain nombre de points nous inquiètent, dont notamment : le flou concernant les activités pédagogiques et leur prise en charge par l’Éducation nationale ou les collectivités ; le manque de concertation avec l’ensemble des partenaires.

Cette réforme, articulée avec l’acte 3 de la décentralisation fait craindre une territorialisation de l’Education nationale. Elle risque en effet de remettre en cause la dimension nationale de l’éducation, ce qui entraînera un creusement des inégalités.

Nous sommes également inquiets vis-à-vis des difficultés financières afférentes à cette réforme. Le président du comité des finances a annoncé une baisse de plus de quatre milliards et demi d’euros de la dotation de l’Etat aux collectivités. Qui prendra en charge le coût de cette réforme : les ménages, les collectivités ? La proposition d’aide ponctuelle de 50 euros pour aider les communes à faire face aux ajustements reste en deçà des besoins.

Au vu des questionnements, notre groupe votera pour le report de la mise en œuvre de la réforme des rythmes scolaires dans le cadre du projet de loi d’orientation. Nous proposons d’utiliser ce temps pour relancer le comité local de réflexion et d’action pour l’école de la réussite afin d’échanger avec l’ensemble des partenaires sur une ambitieuse refondation de l’école.