Intervention de Valérie Moncourtois

Maire adjointe, déléguée à l’Habitat, au Cadre de vie, et à la Gestion urbaine de proximité

C’est une grande joie pour nous, les élus du groupe communiste, partenaire et citoyen, de participer ce soir à l’aboutissement du plan local d’urbanisme. Il est le fruit d’un long travail collectif qui concrétise nos valeurs de solidarités et nos orientations politiques pour le développement harmonieux de Villejuif et le bien vivre ensemble de tous ses habitants.

Nous nous félicitons que ces orientations soient également partagées par la représentation de l’Etat et le commissaire enquêteur, qui n’ont émis aucune réserve sur le document présenté au cours de l’enquête publique. C’est reconnaître en cela que ce PLU a été pensé dans l’intérêt général, pour le bien-être des habitants d’aujourd’hui et de demain, pour leur rendre effectif le droit à la ville, le droit au logement, le droit au transport et afin d’assurer la possibilité à toute les catégories sociales de vivre et de travailler dans une ville humaine aux portes de Paris.

 

Car nous constatons hélas aujourd’hui que le développement de dizaines de métropoles en France - que cela soit Paris, Marseille, Nantes, Montpellier, Strasbourg -  se traduit invariablement par l’apparition d’une véritable fracture territoriale, économique et sociale entre les différentes catégories socio-professionnelles.

Dans les métropoles : les plus riches, qui cumulent tous les capitaux et jouent habilement avec les règles du marché libéral, et les très pauvres qui assurent les travaux les plus précaires et les plus pénibles dans les villes.

À l’extérieur des métropoles : ceux que le marché du travail élimine, ceux que la cherté des loyers repoussent plus loin dans des territoires de plus en plus en difficulté où l’emploi, les services publics, les transports, les structures de santé et l’accès à la culture deviennent rares du fait des politiques libérales d’austérité.

A contre-courant de cette tendance à laisser la spéculation marquer les territoires et décider de la vie de notre cité, nous avons fait le choix d’une démarche de concertation avec les habitants autour de valeurs fortes, afin d’élaborer un plan d’urbanisme qui lutte contre l’exclusion, quelle qu’elle soit.

Je voudrais d’ailleurs saluer la participation de centaines de Villejuifoises et de Villejuifois  à toutes les étapes de la concertation et de l’enquête publique. Ils ont beaucoup apporté à sa version finale, l’enrichissant constamment au fil du temps.

Cette méthodologie de co-construction et de participation citoyenne est une réussite. Elle nous pousse à travailler davantage dans cet esprit pour les projets futurs.

Mais elle a aussi hélas été l’occasion, pour certains politiciens locaux, de s’offrir une tribune et d’y cracher tout leur fiel… C’est le jeu démocratique.

Que n’avons-nous entendu sur les intentions douteuses et dissimilées d’infâmes bétonneurs mafieux que nous serions… Certains sont même allés jusqu’à franchir le Rubicon qui consiste à associer dans un lien de cause à effet le logement social et l’insécurité. Pour eux, il faudrait en finir avec le logement social, alors même que près de 4000 personnes sont inscrites sur les listes d’attentes. Pourtant, plus de 70% de nos habitants sont éligibles, du fait de leurs revenus, à un logement social car ils gagnent moins de 1500 euros par mois.

N’en déplaisent aux fâcheux, que la période actuelle décomplexe et qui n’hésitent pas à tirer à boulets rouges sur les réalisations de 88 ans de communisme municipal, nous ne nous contentons pas de lutter contre la flambée spéculative sur le foncier dans notre territoire. Nous favorisons aussi les parcours résidentiels dans l’accession sociale à la propriété et nous apportons notre aide aux propriétaires d’un habitat dégradé.

La mixité n’est pas un concept politique que nous agitons comme un chiffon pour le spectacle. C’est une visée à long terme : nous travaillons pour accueillir dans de bonnes conditions les nouveaux arrivants et pour permettre à ceux qui ont grandi ici d’y rester et d’y vivre bien.

Pour que les générations de Villejuifoises et de Villejuifois qui se sont battus pour obtenir des transports collectifs comme le métro et le tramway, qui ont su s’unir et travailler ensemble pour créer des services publics de qualité, le théâtre, la médiathèque, la piscine, les MPT, les conservatoire d’art ou le collège Karl Marxpuissent en bénéficier et ne soient pas chassés aux confins de l’Ile de France. 

C’est pourquoi nous nous sommes aussi attachés à créer une dynamique de développement économique par la valorisation de notre vocation scientifique et technique avec les structures hospitalières, nos écoles d’ingénieurs et le biopark, par la maîtrise des ZAC comme la ZAC Aragon et le futur Campus Grand Parc ou les chantiers du métro qui représentent une formidable réserve d’opportunités d’emplois et permettront à Villejuif de s’ouvrir encore davantage vers l’extérieur.

Nous avons écrit, avec les habitants, la ville de l’avenir et nous l’aménageons au quotidien pour offrir à chacun un cadre de vie agréable dans une perspective de développement durable. Le projet de rénovation urbaine des quartiers Sud, l’aménagement des espaces extérieur à Robert Lebon, la résidence Flora Tristan, le futur parc du 8 mai, le square Jean Ferrat, la coulée verte et l’allée André Guyonnet ou les maisons en bois de la rue du Dr. Antormachi sont autant d’exemple de belles réalisations à la portée de tous.

Bientôt, des constructions en hauteur, notamment autour de la RD7 rénovée, offrirons le double avantage de créer du logement et d’éviter l’étalement urbain sur des terres agricoles. De même, la préservation des jardins privés des quartiers pavillonnaires sur le tracé d’une trame verte et les projets multiples de raccordement à la géothermie sont autant de preuves tangibles que Villejuif prend sa part à la préservation des ressources et avance résolument vers une transition écologique qui bénéficiera aussi aux générations de demain.

Pour finir, j’aimerai sincèrement et chaleureusement remercier madame le maire, Philippe Le Bris, les élus du conseil municipal ainsi que les services de la mairie, qui ont œuvré à faire de cette vison politique commune une réalité.