L’adjointe au maire, présidente du groupe des élus communistes, partenaires et citoyens, déléguée à la démocratie participative, à la citoyenneté et à la tranquillité publique répondait aux questions du journal mensuel municipal VNV de mai.


Comment définissez-vous la politique municipale en matière de sécurité?

 

À Villejuif comme ailleurs, les problèmes sont réels, rassemblements bruyants, rodéos, trafics, vols, agressions.... Il nous a semblé que ce sujet, comme les autres, c’est avec les Villejuifois qu’il fallait l’aborder. Nous croyons au partage apaisé de l’espace public et à l’engagement collectif et citoyen pour y parvenir. La ville travaille sur trois axes¢: prévention, éducation, répression. Elle y travaille avec tous les partenaires (Police, Justice, Éducation nationale, bailleurs etc.) qui agissent en fonction de leurs compétences. Nous coordonnons nos actions lors de nos cellules de veille mensuelles.

 

Quel doit être les rôles des éducateurs de rue et ceux des médiateurs ?

 

Éducateurs et médiateurs, ce ne sont pas les mêmes métiers, les mêmes missions. Les éducateurs sont des travailleurs de rue qui accompagnent les ados et les jeunes, interviennent dans les collèges et jouent un rôle  protecteur et accompagnateur (insertion professionnelle, santé, etc.). Nous avons une petite équipe d’éducateurs spécialisés « le Club espoir »qui agit surtout sur les quartiers sud. Mme le Maire a d’ailleurs obtenu un renfort de trois  postes de la part du Conseil Général. La mission des médiateurs est d’être sur le terrain en soirée, d’apaiser les conflits dans l’espace public, de participer à la lutte contre les incivilités. Un diagnostic complet a été élaboré et présenté aux habitants et aux partenaires. Pour le moment, nous étudions les possibilités de financement de ce projet auquel nous tenons.

 

Le tout « préventif»  n’est pourtant  pas la seule solution?

 

La ville ne fait pas que du préventif et n’excuse certainement pas les actes de délinquance, surtout quand il s’agit de vols avec violence (en  hausse) ou de trafics de drogues. Mais je rappelle  que le volet répressif est du domaine de ‘État,  qui seul garantit la sécurité à chaque citoyen.  Nous continuerons d’exiger un commissariat et  un renfort immédiat et conséquent de policiers.  En revanche, la sanction des incivilités (petites dégradations, déchets canins, dépôts sauvages)  est de notre domaine et nous avons la volonté d’intensifier nos efforts