Fin de la trêve hivernale : Contre les expulsions, le gouvernement doit agir !


« 56% des français estiment qu’ils pourraient un jour se retrouver sans abri… » (sondage CSA pour Emmaüs)


Mme le Maire, Claudine CORDILLOT a pris un arrêté anti-expulsion le 15 mars. Dans un contexte économique qui aggrave encore les difficultés de certains locataires confrontés au chômage et à la précarité ces mesures sont de l’ordre de la survie.

En 2011, plus de 50 000 familles avaient été expulsées de leur logement sur tout le territoire. A Villejuif, près de 240 personnes de bonne foi sont menacées de se retrouver à la rue pour motif économique, alors même que les températures sont encore très rudes.

En plus d’être inhumaines, ces pratiques coûtent très cher, plus cher que le maintien des personnes en difficulté dans leur logement, puisque le relogement en hôtel social coûte parfois jusqu’à 2500 euros par mois aux collectivités.

Le préfet a pourtant décidé de dénoncer cet arrêté et d’assigner Madame le Maire au Tribunal administratif.

Alors que les maires qui refusent d’appliquer la loi SRU, qui oblige à construire 25% de logements sociaux, ne sont pas inquiétés, ceux qui prennent des mesures pour éviter que des familles soient jetées à la rue, sont, eux ,convoqués par les tribunaux !

Le maire de Villejuif est traité comme un délinquant alors même que la commune s’est donné un objectif de construction de 400 logements par an, pour atteindre 40% de logements sociaux, et lutte activement contre l’habitat insalubre! Et elle n’est pas la seule : des maires front de gauche d’autres villes du département, ayant pris les mêmes arrêtés, sont également convoqués !

Les élus communistes, parti de gauche et républicains se sont mobilisés le 15 mars dernier, avec des associations comme la CNL, pour demander à la ministre du logement, Mme Cécile Duflot, un moratoire sur les expulsions, qui leur a opposé une fin de non-recevoir.

Des élus du groupe communiste partenaires et citoyens et des demandeurs de logements villejuifois étaient parmi eux. Et ils comptent bien continuer à se faire entendre pour que le gouvernement amorce enfin une vraie politique du logement à la hauteur des besoins !

Mais sans attendre les projets de loi qui doivent être soumis cette année, le gouvernement doit prendre dès aujourd’hui ses responsabilités et faire cesser les expulsions! Il s’agit d’une exigence morale et politique pour le respect des droits humains, pour la dignité de la personne.

Le 9 avril, tous au Tribunal administratif de Melun, 43, rue du Général de Gaulle, avec nos élus pour défendre le droit au logement!

Rendez-vous à 8h devant la mairie de Villejuif pour un départ collectif