Considérant l’inertie volontaire d’un gouvernement sans ministre du logement, à l’égard des communes hors la loi refusant l’application de la loi de solidarité et de renouvellement urbain (SRU) et la construction de véritables logements sociaux sur leur territoire ainsi que des centres d’hébergement d’urgence ;

Considérant que la ville de Villejuif a fait, elle, le choix de la justice sociale pour une ville pour tous, équilibrée et solidaire en agissant pour le droit au logement ;

Considérant qu’elle a démontré sa capacité à faire vivre la solidarité avec 36% de logements sociaux sur son territoire, ainsi que des résidences sociales, et des résidences étudiantes ;

Considérant que le droit au logement est un droit humain universel, fondamental et inaliénable ;

Considérant que des mesures d’urgences s’imposent ;


Le Conseil municipal de Villejuif :

  1. déclare son territoire « zone de protection des locataires en difficulté économique et sociale » ;
  2. exige l’arrêt immédiat des expulsions des locataires en difficulté économique et sociale ;
  3. exige du préfet la réquisition immédiate des logements vides et locaux pouvant accueillir des centres d’hébergement d’urgence dans les communes du département ne respectant pas la loi SRU, ainsi que des logements vacants à vocation spéculative propriété d’institutions financières ;
  4. se prononce pour l’abrogation pure et simple de la loi « Boutin », facteur d’exclusion, de mise en concurrence marchande et de casse du service public du logement ;
  5. soutient les revendications légitimes des acteurs du droit au logement pour une revalorisation immédiate des aides personnalisées au logement et l’encadrement du prix des loyers ;
  6. s'associe à l’appel du RéSEL (Réseau stop aux expulsions de logement) : «  Pour l’arrêt des expulsions, pour la création de logement sociaux et contre le logement cher » ;
  7. s’associe au « cri d’alarme » lancé par 1 102 architectes, urbanistes, acteurs de la ville et du logement « Pour la réalisation d’un million de logements publics locatifs tout de suite » ;
  8. appelle l’ensemble des forces de gauche et progressistes de Villejuif, des associations de défense des droits des mal-logés, des locataires, des syndicats, des acteurs du logement social, des Villejuifoises et des Villejuifois à se mobiliser pour obtenir de l'État le respect du droit au logement, à s’opposer aux violences indignes subies par les locataires en difficulté économique et sociale menacés d’expulsion et à porter ensemble ces exigences auprès du Président de la République et du préfet, son représentant dans le Val-de-Marne.